Category

independance

Les petits essentiels de cuisine selon l’approche Montessori

By | autonomie, Cuisine, independance, Vie Pratique | No Comments

Quels sont les bons ustensiles de cuisine pour que les enfants puissent participer au quotidien ?

L’autonomie en cuisine selon l’approche Montessori

En s’équipant pour une activité pensée et préparée, on aide l’enfant à développer son autonomie, sa confiance en lui, sa concentration et ses compétences. Il y a la patisserie c’est sur mais (heureusement) il n’y a pas que ça . De nombreuses  façons d’impliquer les enfants dans une tâche de cuisine existent.
Le secret, c’est la bonne préparation par l’adulte. S’équiper et penser l’activité : ses challenges, son matériel et sa présentation avant de la proposer.


1. S’équiper 

Un matériel est adapté à la taille et à la force de l’enfant de moins de 6 ans. Ils peuvent le manipuler en sécurité tout en travaillant pour de vrai.

2. Se préparer 

Quel est le nécéssaire pour réaliser l’activité? Voici quelques exemples de kits pour permettre à l’enfant d’initier l’activité, de la répéter, de se corriger, de terminer et de recommencer. 


3. Proposer

Avoir préparé le nécéssaire sous forme de kit, choisir le bon moment pour proposer à l’enfant l’activé en ayant préalablement expliqué le projet dans sa globalité. 
Planter le contexte aide à donner du sens aux activités.

Est-ce qu’il ya une occasion spéciale? Quel est le nom du plat que l’on va préparer? Est-ce que l’on peut montrer une photo depuis un livre de recette par exemple? Quelle est l’origine de ce plat? Quels ingrédients en font parti?On peut les regarder, palper, sentir pour mieux préparer notre disposition et celle de l’enfant à cuisiner en plein conscience et dans la joie !  

Des exemples selon l'approche Montessori pour développer autonomie, compétences, concentration
Moudre du pain sec, des herbes, des épices : crackers + mortier + pilon + récipient </li><li>Mélanger des salades, des compositions :  couverts à salade + saladier/ récipient </li><li>Casser des noix, des noisettes : casse noix + récipient </li><li>Couper une banane : planche à découper + banane + couteau à beurre</li><li>Brosser des carottes, pommes de terres : Planche à découper +  brosse à légume </li>Brosser des champignons : Champignons + planche à découper +  brosse à champignons</li>Verser des quantités : épices + pelle à verser + récipient</li>Verser des quantités : épices + cuillère à long manche + récipient

Quelques exemples : 

  • Moudre du pain sec, des herbes, des épices : crackers + mortier + pilon + récipient
  • Mélanger des salades, des compositions :  couverts à salade + saladier/ récipient
  • Casser des noix, des noisettes : casse noix + récipient 
  • Couper une banane : planche à découper + banane + couteau à beurre
  • Brosser des carottes, pommes de terres : Planche à découper +  brosse à légume 
  • Brosser des champignons : Champignons + planche à découper +  brosse à champignons
  • Verser des quantités : épices + pelle à verser + récipient
  • Verser des quantités : épices + cuillère à long manche + récipient

 

étagère d'une chambre d'enfant d'inspiration Montessori

5 conseils pour améliorer la chambre de votre enfant

By | chambre, fiches pratiques, independance | No Comments

Si vous ne savez pas par ou commencer ce post est fait pour vous 🙂 Ces petits changements peuvent faire de grandes différences ! En allégeant l’environnement, on apaise le mental de l’enfant et en rendant  accessible ce qui lui est utile, on encourage son développement. 5 astuces qui ne vous prendront que quelques minutes. Pour passer à l’action et vraiment désencombrer la chambre référez vous à l’article dédié au désencombrement de la chambre qui vous guidera dans cette mise en place.

5 Conseils tout simples pour la chambre Montessori

Apprends-moi à faire seul

By | autonomie, independance | No Comments

Si l’approche Montessori m’a totalement convaincue c’est par cette recherche d’indépendance d’abord physique puis intellectuelle. Cela peut paraître un peu étrange de parler d’indépendance pour un enfant qui n’a pas encore 3 ans. Ce serait plutôt la période de sa vie ou il est le plus dépendant des autres me direz-vous? En un sens c’est vrai. Mais pour se développer et atteindre son plein potentiel, le tout petit doit devenir indépendant. Aider l’enfant à le devenir est la responsabilité des adultes.

Pourquoi apprendre à faire seul est si important et comment encourager cela à la maison?

un enfant qui fait sa toilette par lui même, inspiration Montessori

L’indépendance peut être définie comme la capacité pour un être humain à agir et penser sans l’aide d’autrui. Comme Maria Montessori l’a observé tout autour du monde, les jeunes enfants sont animés par ce besoin d’indépendance ! Pour suivre ce qui le pousse à agir,  l’enfant doit être libre d’interagir avec ce qui l’entoure. Cela parait logique quand on y pense. Mais cela veut dire de façon indépendante. L’enfant se construit de lui même et par lui-même au travers d’expériences. De la même manière qu’on enseigne pas la marche, on ne peut enseigner la capacité à s’habiller seul, à s’exprimer, à s’alimenter etc … La liberté de faire seul va permettre ces développements et ces développements vont à leur tour encourager l’indépendance. Si le tout petit est d’abord autonome et peut fonctionner seul, il devient avec l’utilisation du « je » un être capable de penser par lui-même et donc à un niveau cette fois psychologique: indépendant. C’est en lui permettant de faire des choses par lui même que l’enfant développe une estime de lui et prend confiance en lui. C’est donc ce processus continu de construction personnel fait par l’enfant que l’adulte doit encourager pour que l’éducation soit une préparation à la vie.

Comment encourager l’autonomie à la maison?

1. Observer: où en est l’enfant? Observer sa motricité globale et sa façon d’utiliser sa main. Qu’est-ce qui l’intéresse?

2. S’assurer qu’il y a le moins d’obstacle possible dans son environnement (intervention de l’adulte comprise)

3. Lui montrer comment se saisir d’une activité et la dérouler en décomposant ses mouvements

4. Laisser l’enfant libre d’interagir avec cette activité sans intervenir

5. Réévaluer et ajuster les niveaux de difficulté au fil du temps selon nos observations