Category

montessori

La concentration dans l’éducation Montessori

enfant-qui-se-concentre en faisant du decoupage, Montessori

La concentration, à la base du développement de l'enfant.

Maria Montessori soutenait que la concentration était le "premier chemin" que devait trouver l'enfant. Elle l'a placée au coeur de son éducation. Alors que nos environnements deviennent de plus en plus saturés d'objets propices à la dispersion, aider l'enfant à pouvoir se concentrer est devenu une priorité. Parce que la concentration aide l'enfant à développer sa force de volonté, elle fonde et peut transformer sa personnalité. Nous devons réunir un maximum de conditions pour qu'elle devienne un pouvoir et non l'inverse.

enfant-qui-se-concentre en faisant du decoupage, Montessori

Entre les jouets et les tablettes électroniques, il devient difficile pour le tout-petit de se construire en étant actif. En tant qu’adulte on confond parfois l’activité qui garde l’enfant occupé de celle qui engage l’être tout entier et dont la source réside dans quelque chose de plus profond. C’est bien celle-ci qui permet à l’enfant de se construire. 

Pourquoi l’enfant a t-il besoin de se concentrer? 

L’action de se concentrer engage la volonté. Maria Montessori a remarqué à quel point toute la personnalité de l’enfant se transformait grâce au potentiel de concentration qu’il développait. Il devient capable de contrôler son esprit et son corps. Petit à petit la lucidité se développe ce qui laisse émerger une personnalité plus calme capable de discernement.

La concentration chez le bébé

Les premiers mois, la concentration et l’éducation se font à un niveau sensoriel : en polarisant son attention de façon longue et ininterrompue, l’enfant assimile, collecte, classe et range les impressions reçues dans son cerveau.  Le phénomène se décèle facilement chez le nouveau-né dont l’attention est captée par les objets : mobiles, lumière, traits du visage … Grâce à ses expériences les connexions entre les neurones se forment et le cerveau se structure. Laisser au tout petit du temps est nécessaire afin que l’intégration des images mentales se fasse. C’est également pendant son sommeil que le bébé va continuer ce travail d’assimilation. Nous devons proposer un espace organisé avec la possibilité pour le bébé de fixer son attention sur les choses pour faciliter ce travail.

La concentration chez le tout-petit

Lorsque l’enfant a développé une autonomie motrice il va petit à petit faire des choix. C’est en fonction de ce qu’il va trouver autour de lui qu’il pourra ou non fixer son attention. La motivation est à la base de cette concentration, prendre en compte les besoins de l’enfant et le laisser agir de façon autonome seront clés pour favoriser la concentration.  C’est ce qu’a défendu Maria Montessori qui a vu que de cette façon, l’enfant apprenait à développer sa volonté et pouvait s’auto discipliner. En canalisant son attention et ses mouvements sur ce qu’il a choisit de faire, il devient capable de contrôler son esprit et son corps. Petit à petit la lucidité se développe, ce qui laisse émerger une personnalité plus calme capable de discernement.

Un cercle vertueux

Plus l’enfant se concentre, plus il sera capable de se concentrer. En développant la capacité de concentration, il apprend donc à utiliser son énergie au service de sa construction. La concentration est le signe extérieur du travail intérieur de l’être humain.  Nous comprenons alors pourquoi Maria Montessori disait que “ Le premier chemin que l’enfant doit trouver est le chemin de la concentration”. 

Quel environnement proposer pour atteindre la concentration? 

Comme le point de départ réside dans la motivation, il faut offrir laisser l’enfant libre d’aller vers ce qui l’intéresse. La condition pour que la motivation puisse exister est bien l’existence d’un intérêt réel. En observant l’enfant se développer notamment sur le plan physique on peut mieux suivre ses besoins et proposer des activités adaptées. Pour se faire on peut observer les mouvements de la main. Quelles sont les actions que l’enfant répète ? S’intéresse t-il aux petits détails? Aux quantités? Au odeurs? Est-il capable de transvaser des choses d’un récipient à l’autre? Etc…

 Comment l’adulte peut-il soutenir le développement de la concentration?

Proposer une ambiance calme et épurée permettra à l’enfant de distinguer ce qui l’entoure et l’invitera à poser son attention sur quelque chose de précis. L’enfant de moins de 6 ans étant particulièrement sensible à l’ordre, prévoir d’organiser les activités en ce sens l’aider à faire un choix et cette première étape est clé vers la concentration. En proposant moins de choses à l’enfant nous favorisons cet élan naturel. Cela nécessite également de mettre des objets à sa hauteur pour qu’ils lui soient accessibles. Enfin en dédiant un cadre spécifique à l’activité, on favorise le travail de l’enfant qui, pour parfaire son geste, a besoin de répéter son activité. 

-Un tapis de motricité libre au sein duquel il pourra focaliser son attention sur un objet, un mobile ou un hochet. 

-Une petite table de travail dégagée avec une chaise lui permettra de se mieux se concentrer sans être perturbé par ce qu’il y a autour de lui. 

Une fois que l’attention de l’enfant est dirigée vers une activité, le rôle de l’adulte est de “laisser faire” de sorte que la concentration puisse s’installer et durerL’enfant qui se construit va naturellement persévérer à travers la répétition. Il faut le laisser répéter autant de fois que nécessaire. Interrompre ce processus revient à rompre cette construction psychique et freiner sa capacité de concentration. Protéger le travail de l’enfant en n’intervenant pas directement sera un facteur clé pour ce développement. Tout en privilégiant le calme autour d’une activité, on peut en revanche répondre à l’enfant qui sollicite notre aide et encourager le développement de la confiance en soi

La concentration est au coeur de chacun des coaching proposé par Home Flow. Nous mettons en place les conditions qui vont aider l’enfant à se développer au quotidien en fonction de vos contraintes ! 

Est-ce que cet article vous a aidé? N’hésitez pas à me poser vos questions en commentaires 🙂

Une chambre Montessori pour le nouveau né

Le mobilier d'une chambre Montessori pour un nouveau né représenté par 4 espaces distincts

La chambre du nouveau né s’organise autour de 4 espaces pour lui permettre d’évoluer dans un environnement organisé. Cette organisation est gage de stabilité pour l’enfant qui crée ses repères et nourrit ainsi sa sécurité intérieure.

En respectant la lumière naturelle et une ambiance calme on contribue à un état d’apaisement pour l’enfant qui découvre le monde qui l’entoure.

Un espace pour le repos

Pour l’espace dédié au sommeil on peut d’abord choisir le topponcino : un matelas très léger conçu pour respecter le maintien et le sommeil du bébé qui permet également de le transporter. Ce matelas est compatible avec un couffin qu’on pourra placer au sol pour dégager la vue du bébé. Très vite si la sécurité le permet on pourra placer le bébé sur un matelas au sol pour dégager complètement son champ de vision et lui offrir une vue globale de son espace. Cela va aussi aider le bébé à devenir autonome : au lieu de dépendre de l’adulte qu’il doit solliciter en criant, en pleurant ou en attendant, il va pouvoir profiter d’une liberté pour se déplacer, observer, commencer à ramper sans l’aide d’un adulte. Le matelas peut mesurer 1m x 90cm et avoir 10cm d’épaisseur. Il peut également avoir deux places pour permettre le cododo au début.

☞ Astuce : plus vous commencez tôt, plus la transition pour bébé sera facile et courte !

Un espace pour l’activité

En appliquant l’approche Montessori on encourage l’enfant à avoir une motricité libre et on favorise le développement de l’attention. Permettre à l’enfant de différencier le coin repos du coin activité l’aidera à mieux s’adapter à son environnement. Pour l’espace dédié à l’activité on a besoin d’un matelas au dessus duquel on pourra suspendre les mobiles qui favoriseront le développement de la vue puis la coordination de ses mouvements. L’étagère basse avec quelques jouets et objets , une plante et un ou deux tableaux permettront à l’enfant de stimuler son intérêt et de l’encourager à se déplacer puis à se mettre debout. Le miroir permet à l’enfant de constater son reflet pour plus tard en prendre conscience.

☞ Astuce : si on a deux enfants, on aura l’étagère du haut pour le plus grand et l’étagère du bas pour le plus petit. Essayer d’avoir un seul jouet d’une même catégorie (1 hochet, 1 balle, 1 puzzle, 1 jeu d’encastrement …) facilitera le choix de l’enfant qui va suit son élan intérieur selon ses périodes sensibles. Ces objets changent pour offrir à l’enfant le juste challenge au gré de son évolution.

Un espace pour le repas

L’espace dédié au repas est pensé pour le confort de la maman qui si elle se couvre et s’équipe d’une petite table n’aura pas besoin de bouger pendant le repas et pourra aussi poursuivre ce moment en lisant une histoire. Un fauteuil confortable et une couverture chaude constituent les deux éléments essentiels à cet espace.

Un espace pour le change

Pour le change il faut pouvoir s’organiser de façon à ce que tout soit à portée de main et que l’on puisse connecter avec le bébé en le regardant et lui expliquant nos gestes. Pour le parent, si la table à langer n’en a pas, une étagère murale complémentaire pourra accueillir tout le nécéssaire dédié à l’hygiène. Le tout est d’avoir le nécéssaire à proximité pour toujours avoir un oeil lorsque l’on s’occupe du change. Petit à petit l’enfant va mieux comprendre les sensations en les associant à une routine ce qui facilitera son apprentissage de la propreté 

☞ Astuce : privilégier une commode évolutive qui permettra à l’enfant plus tard de l’utiliser pour aller chercher ses vêtements seuls.